Les bases de la broderie

single-image

La broderie fait rêver mais c’est un domaine très vaste qui regroupe à la fois les monogrammes brodés par nos grands mères et les pièces uniques des grandes maisons de couture. Ce art rassemble de multiples familles : la broderie au point compté, la broderie norvégienne, la tapisserie, la peinture à l’aiguille, la broderie au ruban … Ce savoir-faire est si large qu’il intimide au premier abord !

Chez Artesane on s’est lancé ! On a démêlé un peu les choses et on vous propose d’embarquer avec nous dans cet aventure en commençant par étudier le matériel et les bases. On peut débuter la broderie sans investir beaucoup, il suffit d’un fil, d’une aiguille, d’un tambour et d’un morceau de tissu. Voici quelques conseils pour aborder la broderie paisiblement.

AIGUILLE

Les aiguilles à broder à bout pointue sont fines et sont dotées d’un chas relativement large pour accueillir les fils plus épais. Elles sont numérotées de 1 à 10. Plus l’aiguille est fine plus son numéro est élevée. On adapte l’aiguille à la grosseur du fil.

DSC_0475

FIL À BRODER

× On enfile l’aiguille en faisant une boucle à son extrémité. Puis on glisse la boucle dans le chas de l’aiguille.

× Pour séparer les brins on prend le bout du fil entre ses doigts et on tapote dessus. Les brins se séparent naturellement.

× Au cours de la réalisation le fil a tendance à perdre de sa torsion ou à s’enrouler. Pour y remédier il suffit de retourner son tambour et laisser le fil pendre. Il va tourner sur lui même et retrouver sa bonne torsion.

× Pour broder on utilise des aiguillées d’environ 30~40 cm (soit à peu près la longueur de notre avant bras).

LES PRINCIPAUX FILS À BRODER

× COTON MOULINÉ : Il se présente généralement en échevette. 100 % coton, il est composé de 6 brins facilement séparables. Selon la nature du tissu on utilise un nombre différent de brins. Moins on utilise de brins plus la broderie sera fine.

× COTON PERLÉ : C’est un fil très torsadé et très résistant qui ne se dédouble pas. Il est très brillant et existe en plusieurs épaisseurs qui s’emploient selon la nature du tissu.

× FIL MÉTALLISÉ MOULINÉ : C’est un fil synthétique qui imite l’aspect du métal (et qui brille!!). Il s’utilise de la même façon que le mouliné mais il faut travailler avec des petites aiguillées (25 cm). En effet c’est un fil cassant qui peut devenir très difficile à travailler.

× SOIE MOULINÉE : C’est un fil très doux. Elle est composée de 6 brins séparables. Selon la nature du tissu on utilise un nombre différent de brins. Moins on utilise de brins plus la broderie sera fine.

× SOIE PERLÉE : C’est un fil solide similaire au coton perlé. Il existe aussi en plusieurs épaisseurs.

DSC_0477

TAMBOUR

Le tambour sert à tendre le tissu de manière régulière. Il se compose de deux cercles en bois ou en plastique qui s’emboîtent l’un dans l’autre et entre lesquels on vient pincer le tissu. Quand on place notre étoffe sur le tambour il faut faire attention à ne pas trop tirer pour ne pas la déformer. Il faut savoir doser ; le tissu doit être suffisamment tendu mais pas trop !

Pour ne pas abîmer le tissu et le maintenir tendu on peut enrober le cercle intérieur d’un ruban de coton tissé.

DSC_0482

TISSU

La broderie à partir d’un motif tracé peut se pratiquer sur n’importe quel tissu. On peut donc utiliser des étoffes à trames fines et serrées. Il suffira de reporter notre dessin par transfert, transparence, ou tracé direct. Selon l’épaisseur et la texture du tissu on adapte la grosseur du fil et on utilise une aiguille différente. Plus le tissu est épais, plus notre fil doit être épais.

Le coton est économique et facile à travailler. La soie convient très bien aux fils de soie. Le lin a un tissage ouvert qui le rend plaisant à broder.

Il faut laver son tissu avant de commencer son ouvrage. Ce serait dommage que notre pièce rétrécisse alors que nous avons passé tant de temps à la broder ! Il est conseillé de tester un échantillon de tissu avant de commencer. On peut ainsi déterminer quelle est l’épaisseur de fil dont en a besoin et choisir la bonne aiguille afin que celle-ci n’abîme par l’étoffe.

DSC_0483

TRANSFERT DU MOTIF

Pour transférer le motif sur le tissu on peut utiliser plusieurs techniques : par transparence, papier carbone ou transfert au fer.

× TRANSPARENCE : Pour les tissus fins et de couleur claire on peut simplement poser notre dessin sur notre plan de travail, puis fixer par dessus notre tissu à l’aide d’épingles ou de ruban adhésif. Il suffit alors de repasser le motif à l’aide d’un feutre lavable ou bien au crayon à papier (pas d’inquiétude, le dessin va de toute façon disparaître sous les fils de broderie!)

× PAPIER CARBONE : Pour les tissus trop foncés ou trop épais on peut utiliser le papier carbone. On pose le tissu endroit vers nous, on place le papier carbone par dessus (face colorée contre le tissu), puis le dessin. On fixe les épaisseurs à l’aide d’épingle pour éviter que ça bouge. Puis on repasse sur le motif à l’aide d’un crayon bien taillé. Il vaut mieux utiliser un papier carbone foncé pour les tissus clairs et un papier carbone clair pour les tissus foncés.

× TRANSFERT AU FER : On repasse le motif au feutre transfert sur le papier. On retourne le papier sur le tissu. On repasse au fer l’ensemble sans soulever le fer pour ne pas risquer de faire bouger le motif. Il faut faire attention, cette technique transfère le motif en miroir ! Il faut donc y  penser quand on imprime ou dessine le dessin sur le papier.

DSC_0484

COMMENCER ET FINIR

× Généralement on ne commence pas un point de broderie par un nœud (sauf pour quelques points particuliers). Ils forment des épaisseurs au dos du tissu et marquent. On fait donc un nœud provisoire au bout de notre aiguillée. On commence en piquant l’aiguille sur l’endroit à 10 cm de notre broderie (notre nœud se retrouve sur l’endroit) et on ressort l’aiguille normalement au début de la broderie pour commencer les points. Quand on a fait suffisamment de points (le fil est donc bloqué), on coupe le nœud et on récupère les 10 cm de fil sur l’envers. On glisse ces 10 cm sous les premiers points réalisés.

× De la même façon on ne finit pas une broderie par un nœud. On finit la broderie au dos de l’ouvrage en insérant le fil sous un groupe de points sur au moins 5 cm.

Envie de vous lancer ?  Équipez-vous vite  ou ressortez votre matériel du tiroir car on se retrouve très vite pour les premiers exercices pratiques !

L’utilisation et l’interprétation des images et des tutoriels gratuits proposés par le Journal d’Artesane est autorisée en dehors de tout usage commercial. Le texte et les images présents sur l’ensemble de notre blog sont la propriété d’Artesane et  peuvent être réutilisés avec la mention claire de leur auteur.

You may like