Entretien du cuir : les conseils d’une maroquinière

single-image

Le cuir de vos sacs et de vos accessoires de petite maroquinerie, sous réserve qu’il ait été correctement tanné et traité, et qu’il soit donc issu de nos tanneries françaises et européennes, est un matériau stable.

Noble, cette irremplaçable matière, au toucher sensuel et incomparable, n’en demeure pas moins «vivante». Pour conserver longtemps vos pièces préférées, pour que vos sacs fétiches vous accompagnent des années en beauté, il convient que vous leur prodiguiez les meilleurs soins. Mais ils doivent impérativement être adaptés à leur nature et à leur traitement ! Car il existe deux types de tannage et de nombreux traitements visant à modifier, plus ou moins fortement, l’aspect du cuir.

Je suis Pascale Janvier, créatrice de l’atelier du Perroquet, maroquinière et brodeuse sur cuir. Artesane a eu la gentillesse de m’accueillir au sein de son Journal pour vous présenter cette magnifique matière : je vais vous aider à y voir plus clair, à reconnaître au premier coup d’œil la qualité de votre cuir et, en tant que professionnelle, je vous offrirai quelques conseils d’entretien adaptés.

Cette idée d’article m’est venue à force de lire, ici et là, des préconisations farfelues qui dans les meilleurs cas, n’auront aucune efficacité… Et dans les pires, ruineront à tout jamais votre sac adoré ! Trucs de «grands-mères», astuces naturelles, «on m’a dit que»… peuvent faire des dégâts irréversibles ! Ainsi, on ne nettoie pas le cuir à la pierre d’argile blanche (laissez cela à votre salle de bains), on ne frotte pas ses chaussures avec l’intérieur d’une peau de banane (mettez-la au compost), on ne détache pas du cuir avec de l’ammoniaque, du blanc d’œuf, du vinaigre blanc, de l’eau, de l’alcool à brûler ou du jus de citron (parmi quelques perles trouvées sur internet) ! Quant aux laits pour bébés ou autres démaquillants, ils contiennent beaucoup d’eau et ne sont donc pas suffisamment nourrissants pour le cuir, mais si vous n’avez rien de mieux sous la main, vous êtes exceptionnellement autorisée à y avoir recours pour un nettoyage rapide. Ça, c’est fait !

Bien connaître votre cuir… pour bien l’entretenir !

Vous choisissez vos crèmes de jour et de nuit en fonction de la nature de votre peau ? Eh bien pour le cuir de vos sacs, c’est pareil : à chaque cuir son produit d’entretien ! Encore faut-il que le vendeur vous ait renseignée sur la qualité du cuir de votre sac… Sinon, j’espère que la lecture de cet article vous éclairera.

 À propos de produits d’entretien, choisissez-les toujours de grande qualité, spécialement adaptés au cuir : il y a sur le marché des professionnels qui proposent des imperméabilisants, des savons nettoyants, des crèmes nourrissantes, des rénovateurs… Vous trouverez également des gammes de qualité chez les vrais artisans-cordonniers. Un sac de maroquinier, une jolie paire de chaussures valent un certain prix, ne mégotez pas sur leur entretien !

Cuir tannage minéral, cuir tannage végétal : comment les reconnaître ?

Le tannage est le procédé qui permet de rendre la peau imputrescible, cette opération précède les différents traitements. 

Le tannage minéral

C’est un procédé de tannage très rapide (de quelques heures à quelques jours) qui est obtenu par immersion des peaux dans une solution contenant des tanins minéraux (sels de fer, de chrome ou de zirconium). Cette méthode permet d’obtenir des cuirs très souples, extrêmement solides et à la grande diversité de coloris. Cette technique de tannage était autrefois la plus économique mais, parce qu’elle doit aujourd’hui se conformer à de nouvelles normes environnementales (et c’est heureux !) elle tend à revenir de plus en plus cher… Ce qui se répercute sur le prix de la maroquinerie.

> comment reconnaître un cuir à tannage minéral ? Quand vous voyez des sacs souples, « cousus-retournés » (coutures intérieures) et aux coloris joyeux et vifs : vous pouvez être certaine qu’ils sont fabriqués à partir de cuirs à tannage minéral.

Le tannage végétal 

Ce procédé de tannage est réalisé en plongeant les peaux dans une mixture préparée à base d’eau et de végétaux : ce tannage est très long et laborieux (d’où le prix élevé du cuir fini). Cette méthode, la plus ancienne connue, est très apprécié aujourd’hui pour son aspect écologique… Pourtant, elle subit souvent l’adjonction de produits chimiques améliorant le délai et la performance du tannage. En outre, ce procédé impose l’abattage massif d’arbres utilisés pour l’extraction des tanins… En fonction des végétaux utilisés, les cuirs sont de coloris et de tenue différents. Mais globalement, les cuirs à tannage végétal sont plus raides et offrent bien moins de coloris que les cuirs à tannage minéral.

> comment reconnaître un cuir à tannage végétal ?

Un sac un peu ou très rigide, à coutures apparentes réalisées à la main, à l’aspect « très artisanal » et au coloris neutre est à coup sûr fabriqué à partir d’un cuir à tannage végétal ! Mais vous pouvez également le reconnaître à l’odeur : un cuir à tannage végétal a un parfum de sous-bois. Enfin, griffez-le légèrement : si la trace s’efface en frottant, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’un tannage végétal !

7 règles de bases communes à toutes les qualités de cuir.

1/Rangez vos sacs, chaussures et petite maroquinerie au sec, à l’abri de la lumière et loin d’une source de chaleur. 

2/ Garnissez vos sacs de papiers de soie ou de chiffons pour maintenir leur forme d’origine et, de préférence, suspendez-les pour éviter les plis.

3/ Imperméabilisez TOUS vos articles en cuir (sauf cuir verni). Cette règle est INDISPENSABLE pour le cuir à tannage végétal (très poreux à l’eau et aux taches), le cuir pleine fleur, le cuir velours, le nubuck et l’agneau plongé si délicat.

4/ Évitez l’exposition au soleil direct !

5/ Ne rangez pas vos accessoires en cuir dans des housses ou des boîtes en plastique.

6/Si votre sac ou vos chaussures sont mouillés, essuyez-les soigneusement avec un chiffon doux et laissez-les sécher à leur rythme, à température ambiante. Et rappelez-vous… Le cuir déteste l’eau !

7/ Dépoussiérez toujours votre article en cuir, avec une microfibre, avant de lui appliquer son traitement spécifique.

À chaque qualité de cuir… Son entretien !

Après le tannage, les peaux subissent différents traitements. Ainsi, la famille du cuir est une famille nombreuse où chacun a ses spécificités ! Entretenez vos articles en cuir selon leur qualité : c’est l’assurance de les garder très longtemps, en excellent état ! 

– Le cuir pleine fleur

Ce cuir de haute qualité n’a pas subi de traitement visant à supprimer ses imperfections, c’est la surface originelle et noble de la peau. A ce titre, c’est une qualité poreuse.

> Conseils d’entretien : dépoussiérez avec une microfibre sèche, nettoyez avec un savon spécial cuir ou un lait, nourrissez-le avec un soin cuir spécifique.

– Le cuir pleine fleur aniline

Proche du cuir pleine fleur, avec très peu de défauts. Une solution résineuse y est simplement appliquée en pellicule de protection. Ceci rend le cuir imperméable et très résistant.

> Conseils d’entretien : dépoussiérez avec une microfibre sèche, nettoyez avec un savon spécial cuir ou un lait, nourrissez. N’a pas spécialement besoin d’imperméabilisant.

– Le cuir pleine fleur pigmentée

L’épaisseur naturelle est conservée dans son intégralité, quelques défauts masqués par une finition plus opaque et à épaisseur variable selon le cuir. Cuir très facile d’entretien et quasiment inaltérable !

> Conseils d’entretien : procédez comme pour le cuir pleine fleur aniline.

-Le cuir grainé

C’est un cuir dont le grain est mis en valeur lors du « foulonnage » (brassage à sec dans un foulon). On trouve aussi du cuir grainé «mécanique» obtenu par pressage de plaques, comme un motif. Ce cuir est particulièrement facile à vivre !

> Conseils d’entretien : dépoussiérez-le à sec avec une microfibre. Puis nettoyer avec un savon spécial cuir. Et très occasionnellement, faites un soin nourrissant si besoin. Mais attention, le grain peut s’encrasser et il ne faut donc pas hésiter à utiliser une petite brosse douce.

– La croûte de cuir

Dite aussi cuir velours ou suède ou «daim» (mais heureusement, cela n’en est pas !). C’est la zone inférieure de la peau, elle est obtenue lors de la «refente» de peaux épaisses. Il s’agit de l’opération qui consiste à diviser la peau en deux, dans l’épaisseur. Le cuir présente un aspect velouté sur ses deux faces. C’est un cuir plus fragile, qui «boit» davantage les tâches et l’eau… Mais il est si beau ! Il est toutefois à manier avec soin et précaution…

> Conseils d’entretien : imperméabilisation au départ ! Pour l’entretien courant : dépoussiérez-le à sec avec une brosse douce. En cas de taches légères, utilisez une gomme à daim. En cas de tâche importante, agissez immédiatement… Absorbez le maximum avec du papier ménager, saupoudrez de terre de Sommières, laissez agir le temps indiqué, brossez et recommencez l’opération si besoin. Achetez votre terre de Sommières chez un bon droguiste ou dans un magasin Bio.

– Le nubuck

C’est un cuir massif, sa pellicule a ensuite été poncée pour obtenir une apparence mate et un aspect velours.

> Conseils d’entretien : procédez comme pour la croûte de cuir.

– Le cuir gras

Ce bien-nommé est un cuir qui a été plongé dans l’huile. Ce procédé assure au cuir une imperméabilité parfaite et une grande robustesse.

> Conseils d’entretien : imperméabilisation au départ. Nettoyez de temps à autres avec un shampoing spécial cuir et nourrissez-le avec une graisse spéciale cuir gras.

– Le cuir verni

Obtenu lors des toutes dernières étapes du traitement, autrefois grâce à l’huile de lin, aujourd’hui avec des solutions de synthèse. Bien plus robuste qu’il y paraît, ce cuir ne craint qu’une seule chose… les craquelures dues à la sécheresse.

> Conseils d’entretien : dépoussiérage à sec, microfibre humide. Nourrissez avec une goutte d’huile de lin (ou alimentaire) que vous frottez aussitôt pour maintenir le brillant et l’hydratation.

– Le cuir à tannage végétal

Naturellement poreux, il sera sujet aux taches, griffures… et «se patinera» au fil du temps. Mais, il a les qualités de ses défauts, c’est-à-dire que nombre de petits accidents sont réversibles sur un cuir à tannage végétal !

Conseils d’entretien : dépoussiérage à sec avec une microfibre. Les petites taches et les micro-griffures s’estomperont facilement au passage d’un chiffon humide. Pour un nettoyage plus en profondeur, utilisez un chiffon doux et une eau savonneuse (savon spécial ou savon PH neutre), procédez par mouvements circulaires sans trop insister et rincer. Le séchage prendra plusieurs heures. Appliquez ensuite idéalement une cire d’abeille neutre ou une cire spécifique cuir tannage végétal.

J’espère que mon expertise vous sera profitable et que mes conseils vous permettront de garder très longtemps vos sacs et accessoires en cuir préférés !

You may like