Focus arts du fil : la broderie Renaissance par Martine Biessy

par | 10 Mar 2022 | Broderie | 0 commentaires

     Étant passionné par l’Antiquité, comme vous le savez sans doute désormais à force de lire les diverses références parsemées dans mes écrits, j’ai également un grand intérêt pour la Renaissance, qui a vu, comme son nom l’indique, renaître la culture gréco-romaine, notamment dans les arts. Alors, en voyant le titre du nouveau cours de broderie de Martine Biessy, « Initiation à la broderie Renaissance », ma curiosité a tout de suite été piquée et, ne connaissant pas cet art, j’ai décidé de vous partager mes découvertes et les informations que Martine m’a transmises.

La broderie Renaissance, qu’est-ce que c’est ?

     D’un point de vue technique, la broderie Renaissance est une broderie blanche au point coupé, à l’instar des broderies anglaise, Richelieu, vénitienne ou Madère. Pour mieux comprendre le contexte de son apparition, rendons-nous dans l’Europe de la Renaissance, entre la fin du XIVe et le début du XVIIe siècle. Là, à Venise et partout ailleurs, des brodeuses s’affairent à créer de somptueuses dentelles à l’aiguille, délicates et coûteuses à réaliser.

     Pour imiter ces dentelles à moindre coût, un trio de broderies au point coupé est apparu, constitué des broderies Renaissance, Richelieu et vénitienne. Ces broderies sont caractérisées par un point de broderie soulignant le contour des motifs, qui sont ensuite découpés et souvent traversés par des brides. Les parties du tissu laissées intactes remplacent alors les parties denses de la dentelle qu’elle imite.

     Par la suite, ces broderies ont été largement adoptées à travers l’Europe, jusqu’à être très en vogue au XIXe siècle et jusqu’à l’entre-deux-guerres. Dans tout le continent, ces broderies ornaient le linge de corps, les décorations de table et les chambres de leurs motifs floraux stylisés, qui pouvaient être associés à d’autres types de broderie blanche comme le plumetis ou la broderie sur filet.

Techniquement, en quoi cela consiste ?

     Poursuivons notre étude des broderies qui s’inspirent de la dentelle à l’aiguille en observant des brodeuses d’un atelier vénitien de la Renaissance réaliser leurs créations.

     La première brodeuse est en train de décorer les contours d’un mouchoir de poche en broderie Renaissance. Elle commence par broder les motifs floraux au point de feston, qu’elle traverse ensuite avec des brides festonnées. Une fois le motif terminé, elle découpe délicatement, de la pointe de ses ciseaux, le textile le long des motifs. En résulte un magnifique mouchoir aux bords ajourés et emplis de décorations fleuries.

     Le deuxième brodeuse semble broder sa pièce de la même manière que la première. Les parties ajourées sont nombreuses, et le rendu final ressemble beaucoup à de la dentelle à l’aiguille. Elle pratique la broderie vénitienne.

     La troisième brodeuse, quant à elle, travaille son mouchoir dans un autre ordre que les autres. Elle commence par découper son morceau de tissu, avant de le plier et de le broder au point de surjet. Elle fait également traverser ses motifs de brides surjetées, qu’elle garnit d’un picot en leurs centres. Elle utilise la technique de la broderie Richelieu. Le mouchoir qu’elle a terminé juste avant celui-ci, et qui est déposé sur une petite table à côté d’elle, a également été brodé en broderie Richelieu, mais au point de feston, et non au point de surjet. Cela n’est pas étonnant que ces trois broderies de la Renaissance soient si souvent confondues !

     Notre dernière brodeuse met un peu plus de temps que ses consœurs à orner son mouchoir, car la broderie Richelieu est plus difficile à travailler. En revanche, elle est la plus solide des trois, puisque les bords des motifs sont repliés, et non coupés à ras sous le point de feston, comme le font nos brodeuses de broderies Renaissance et vénitienne.

     Martine Biessy vous propose donc dès aujourd’hui, le 10 mars, un cours sur la broderie Renaissance, qui est la plus facile à mettre en œuvre des trois broderies décrites dans cet article. Si vous avez quelques bases en broderie et que la broderie blanche au point coupé, avec son contexte historique et ses motifs floraux traditionnels vous intéresse, vous pouvez retrouver le cours de Martine à cette adresse : en plus de devenir expert(e) en broderie Renaissance, vous pourrez également, si vous le souhaitez, exercer vos compétences en couture grâce aux deux patrons de blouse femme et enfant inclus, du 34 au 52 et du 2 au 12 ans.

À bientôt chez Artesane !

À découvrir sur le même thème

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.