Focus arts du fil : la broderie Renaissance par Martine Biessy

par | 10 Mar 2022 | Histoire de la mode | 0 commentaires

🕒 3 minutes

     Étant passionnĂ© par l’AntiquitĂ©, comme vous le savez sans doute dĂ©sormais Ă  force de lire les diverses rĂ©fĂ©rences parsemĂ©es dans mes Ă©crits, j’ai Ă©galement un grand intĂ©rĂȘt pour la Renaissance, qui a vu, comme son nom l’indique, renaĂźtre la culture grĂ©co-romaine, notamment dans les arts. Alors, en voyant le titre du nouveau cours de broderie de Martine Biessy, « Initiation Ă  la broderie Renaissance », ma curiositĂ© a tout de suite Ă©tĂ© piquĂ©e et, ne connaissant pas cet art, j’ai dĂ©cidĂ© de vous partager mes dĂ©couvertes et les informations que Martine m’a transmises.

La broderie Renaissance, qu’est-ce que c’est ?

     D’un point de vue technique, la broderie Renaissance est une broderie blanche au point coupĂ©, Ă  l’instar des broderies anglaise, Richelieu, vĂ©nitienne ou MadĂšre. Pour mieux comprendre le contexte de son apparition, rendons-nous dans l’Europe de la Renaissance, entre la fin du XIVe et le dĂ©but du XVIIe siĂšcle. LĂ , Ă  Venise et partout ailleurs, des brodeuses s’affairent Ă  crĂ©er de somptueuses dentelles Ă  l’aiguille, dĂ©licates et coĂ»teuses Ă  rĂ©aliser.

     Pour imiter ces dentelles Ă  moindre coĂ»t, un trio de broderies au point coupĂ© est apparu, constituĂ© des broderies Renaissance, Richelieu et vĂ©nitienne. Ces broderies sont caractĂ©risĂ©es par un point de broderie soulignant le contour des motifs, qui sont ensuite dĂ©coupĂ©s et souvent traversĂ©s par des brides. Les parties du tissu laissĂ©es intactes remplacent alors les parties denses de la dentelle qu’elle imite.

     Par la suite, ces broderies ont Ă©tĂ© largement adoptĂ©es Ă  travers l’Europe, jusqu’à ĂȘtre trĂšs en vogue au XIXe siĂšcle et jusqu’à l’entre-deux-guerres. Dans tout le continent, ces broderies ornaient le linge de corps, les dĂ©corations de table et les chambres de leurs motifs floraux stylisĂ©s, qui pouvaient ĂȘtre associĂ©s Ă  d’autres types de broderie blanche comme le plumetis ou la broderie sur filet.

Techniquement, en quoi cela consiste ?

     Poursuivons notre Ă©tude des broderies qui s’inspirent de la dentelle Ă  l’aiguille en observant des brodeuses d’un atelier vĂ©nitien de la Renaissance rĂ©aliser leurs crĂ©ations.

     La premiĂšre brodeuse est en train de dĂ©corer les contours d’un mouchoir de poche en broderie Renaissance. Elle commence par broder les motifs floraux au point de feston, qu’elle traverse ensuite avec des brides festonnĂ©es. Une fois le motif terminĂ©, elle dĂ©coupe dĂ©licatement, de la pointe de ses ciseaux, le textile le long des motifs. En rĂ©sulte un magnifique mouchoir aux bords ajourĂ©s et emplis de dĂ©corations fleuries.

     Le deuxiĂšme brodeuse semble broder sa piĂšce de la mĂȘme maniĂšre que la premiĂšre. Les parties ajourĂ©es sont nombreuses, et le rendu final ressemble beaucoup Ă  de la dentelle Ă  l’aiguille. Elle pratique la broderie vĂ©nitienne.

     La troisiĂšme brodeuse, quant Ă  elle, travaille son mouchoir dans un autre ordre que les autres. Elle commence par dĂ©couper son morceau de tissu, avant de le plier et de le broder au point de surjet. Elle fait Ă©galement traverser ses motifs de brides surjetĂ©es, qu’elle garnit d’un picot en leurs centres. Elle utilise la technique de la broderie Richelieu. Le mouchoir qu’elle a terminĂ© juste avant celui-ci, et qui est dĂ©posĂ© sur une petite table Ă  cĂŽtĂ© d’elle, a Ă©galement Ă©tĂ© brodĂ© en broderie Richelieu, mais au point de feston, et non au point de surjet. Cela n’est pas Ă©tonnant que ces trois broderies de la Renaissance soient si souvent confondues !

     Notre derniĂšre brodeuse met un peu plus de temps que ses consƓurs Ă  orner son mouchoir, car la broderie Richelieu est plus difficile Ă  travailler. En revanche, elle est la plus solide des trois, puisque les bords des motifs sont repliĂ©s, et non coupĂ©s Ă  ras sous le point de feston, comme le font nos brodeuses de broderies Renaissance et vĂ©nitienne.

     Martine Biessy vous propose donc dĂšs aujourd’hui, le 10 mars, un cours sur la broderie Renaissance, qui est la plus facile Ă  mettre en Ɠuvre des trois broderies dĂ©crites dans cet article. Si vous avez quelques bases en broderie et que la broderie blanche au point coupĂ©, avec son contexte historique et ses motifs floraux traditionnels vous intĂ©resse, vous pouvez retrouver le cours de Martine Ă  cette adresse : en plus de devenir expert(e) en broderie Renaissance, vous pourrez Ă©galement, si vous le souhaitez, exercer vos compĂ©tences en couture grĂące aux deux patrons de blouse femme et enfant inclus, du 34 au 52 et du 2 au 12 ans.

À bientît chez Artesane !

À dĂ©couvrir sur le mĂȘme thĂšme

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *